Image Image Image Image Image

Blessures sans cicatrices

Découvrez le nouveau roman de Michèle Frank, publié en 2019 aux Éditions Phi

Résumé

Bruno, enfant non désiré et héritier d’une histoire allemande que tout en lui refuse, vient de quitter Mona, sa femme, qui ne supporte plus ses dépressions, l’abus d’alcool qui les accompagne et son manque de disponibilité pour elle et leur fille, Luna. La solitude qu’il a choisie l’amène à se remémorer les souvenirs traumatisants de son enfance, les abandons répétés, l’absence et le retour décevant du père après six ans de captivité en Australie, le rejet de la mère. Il essaie de comprendre ce qui a fait de lui un homme déchiré entre le lien qui l’attache à Mona et son incapacité à vivre une relation amoureuse avec les responsabilités familiales qu’impose le quotidien.

Journaliste, il ne supporte plus l’hypocrisie sociale, les informations tronquées auxquelles le contraint sa profession, et provoque rapidement ceux qui le paient par des prises de positions trop ouvertement anticonformistes. Il décide de faire une nouvelle formation pour s’occuper de toxicomanes qu’il considère comme ses semblables, ceux dont la vie n’a guère plus de légitimité que la sienne. Il crée des foyers dans lesquels il héberge des jeunes souffrant d’addictions diverses, auxquels il tente d’insuffler un certain désir de vivre, une forme de liberté et parfois même, dans le meilleur des cas, une conscience citoyenne. Mais c’est au prix de sa propre destruction.

Après plusieurs tentatives de sevrage, associées à des thérapies sans succès, il tente une expérience dévastatrice, la « Thérapie du cri primal » d’Artur Janov, dans l’espoir de reconquérir sa femme et de pouvoir vivre enfin avec elle une vie normale. Ces trois semaines de traitement destinées à ouvrir les vannes d’un passé traumatisant semblent l’avoir libéré de ses démons et lui permettent de retrouver Mona et sa fille. Néanmoins, il en sort plus fragilisé, incapable de continuer, comme il le dit , à « gérer la misère humaine ». La maîtrise en Sciences Sociales qu’il obtient en un an semble lui ouvrir de nouvelles portes, mais les anciens démons rejaillissent et provoquent une nouvelle séparation, dont l’amour de Marie, une femme douce et aimante qu’il a rencontrée, ne parvient pas à le guérir.

Il choisit l’absolue solitude, refusant de soigner le cancer dont il est atteint.

C’est alors que, pour enfin dire son indicible douleur, il décide d’écrire ce que vous allez lire.

> Commander le livre sur le site de l’éditeur

Critique

Par Marcel Kieffer, Luxemburger Wort du 30/05/2020